Vous êtes ici

Lettre du Président concernant la reprise de l’activité de chirurgie bariatrique

Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, 

L’épidémie de Covid 19 semble s’éloigner de nous. L’heure est à la reprise d’une activité maitrisée de façon progressive. Nous avions édité et publié il y a un mois des recommandations de reprise de l’activité de chirurgie bariatrique. Ces règles étaient très strictes, elles nous ont contraints, mais nous nous y sommes tenu(e)s. 

De nombreuses études, dont une française, ont montré la sévérité de l’atteinte pulmonaire Covid 19 chez les patients obèses, soulignant la nécessité d'une prise en charge active des personnes souffrants d'obésité sévère. Pour un grand nombre de ces patients, la chirurgie est, comme le soulignent les recommandations de la HAS, la prise en charge la plus efficace.

Aujourd’hui, aux vues des chiffres publiés par la DGS, et de la situation que nous vivons tous dans nos établissements de santé, le moment est venu de reprendre cette activité, qui a été mise en attente pendant 3 mois. Pour certains, et dans certaines zones géographiques peu touchées par le virus, ces recommandations étaient très contraignantes ; pour d’autres, elles collaient plus à la réalité de la perception de la pandémie.

Nous pouvons d’ores et déjà envisager un assouplissement de ces contraintes, tout en respectant la hiérarchisation que nous avions établi, mais en réduisant les délais de prise en charge. Pour autant, il nous faut encore privilégier les téléconsultations et les télé-soins, lorsque c’est faisable, favoriser la chirurgie ambulatoire dans la mesure du possible.

De leur côté, les pouvoirs publics, les agences, les médias redonnent espoir à la population, et espérons que ces patient-e-s vulnérables, que nous voyons, que nous avons suivi et pris en charge retrouvent le chemin raisonné des établissements de santé pour leur bien -être, en toute tranquillité et toute sécurité. 

Notons aussi, que les ARS ont contingenté les produits anesthésiques assurant ainsi une dispensation limitée en fonction des besoins locaux et de la nécessité de garder des réserves en cas de seconde vague de Covid19. Ceci peut expliquer les difficultés d’approvisionnement en produits anesthésiques dans certaines régions de France.

Ainsi nous recommandons : 
- de réaliser un dépistage du Covid 19 (test PCR) avant une intervention de chirurgie bariatrique, mais surtout  son report en cas d'infection avérée, même asymptomatique.
- une validation spécifique (BBR Covid 19) de l’indication au cours de la RCP, aux vues des recommandations spécifiques Covid que nous avons récemment publiées.
- de tenir compte des contraintes de chaque établissement en termes en termes de ressources humaines et matérielles disponibles (approvisionnement en médicaments anesthésiques), au bloc opératoire, pour la préparation et le suivi des patients opérés.

Au final la décision appartiendra au  chirurgien et l’anesthésiste qui la prendront de concert, mais sous couvert des recommandations. 
A titre indicatif, et en se basant sur une des figures synthétiques que nous avions publiées, nous proposons que la reprise puisse se faire selon ces nouvelles recommandations  qui seront surtout un support à la décision :

Reprise de la chirurgie bariatrique (urgence et programmée) selon l’évolution de la pandémie. 

Sachons tirer de cette épreuve les enseignements pour le futur de la prise en charge médico chirurgicale de l’obésité morbide.

Bien amicalement 

Simon MSIKA 
Président de la SOFFCO-MM

 

Contenu modifié le 08/06/20